Bikecheck
0

Reportage Grand Format: Rideworks UK

Reportage Grand Format: Rideworks UK

Internet permet de faire des rencontres sans se soucier des distances… pas de panique, nous n’allons pas vous parler d’un site de rencontre.
Nous avons suivi sur Instagram un fan absolu de VTT, Paul MacDonald, et on a vite été curieux de ses photos en découvrant des composants vus nul par ailleurs jusque là, notamment un bashguard et une potence…

Un email plus tard, voici l’interview !

Qui es-tu Paul, d’où viens tu et où roules-tu et sur quel VTT?

Mon nom est Paul MacDonald et j’habite en Angleterre. je roule un Yeti SB66 couleur jaune, la meilleure couleur pour ce vélo selon moi. J’ai aussi un OneOne 456 Evo, un petit hardtail en acier avec lequel j’ai beaucoup de feeling. Je roule sur les chemins à coté de chez moi, Cannock Chase dans le comté de Staffordshire.. Mes autres spots préférés sont Llandegla, coed-y-brenin, Afan et Brechfa au pays de galles.

rideworks_oneonecannock chase uk

Tu as créé une structure qui s’appelle Rideworks.. d’où vient cette idée ?

J’ai décidé de crééer Rideworks il y a plusieurs années déjà. Je voulais à l’époque un tige de selle téléscopique, car celles que je trouvais sur le marché ne faisait pas le job pour moi, beaucoup était hydraulique, quelques une mécaniques.. mais je trouvais leurs conceptions assez limitées au final. Alors, j’ai décidé de concevoir mon premier prototype, 100% mécanique, et capable de se bloquer sur chaque point des 10,2 cm de débattement. A l’époque, aucunes tiges de selle ne pouvait faire cela.

J’ai donc construit mon premier prototype et il marchait parfaitement. Malgré tout, des améliorations étaient nécessaires et j’ai stoppé le projet faute de temps et avec des ressources en recherche et développement forcement limitées à moi seul.

A partir de là, j’ai réfléchi à d’autres produits, plus simples à concevoir et à tourner, avec pour idée d’arriver à financer à terme son amour de départ, ma vraie tige de selle. Mais le temps est passé, les enfants, un handicap à un oeil (que je suis heureusement entrain de récupérer aujourd’hui).. bref, tous les évènements d’une vie qui ont fait que je n’arrive que maintenant à travailler mes propres produits…

Quel a été alors le 1er produit que tu as travaillé ? Quels sont les autres aujourd’hui ?

Mon tout premier était cette fameuse tige de selle.. mais je suis aujourd’hui concentré sur mes moyeux de roues, les potences, les boitiers de pédaliers, les bashs et les couronnes… et je suis entrain de plancher actuellement sur une paire de pédales et un pédalier !

rideworks_stem ononebashguard mtbHubs mtb

Quand on voit tes prototypes, on pense rapidement à Hope Tech. Existe t-il une tradition anglaise du travail de l’aluminium ?

hub rideworksJ’ai un passé d’ingénieur. J’ai exercé ce métier pendant 10 ans avant de bouger dans l’industrie IT. Mes expériences m’ont apporté beaucoup de savoir et de compétences, techniques ou commerciales.. et surtout un savoir-faire dans la conception de produit. Une chance pour moi, ce qui me permet aujourd’hui de passer de longues heures à développer mes produits chez moi – car Rideworks n’est pas encore mon activité principale – je travaille à coté.
Pour ce que qui est de l’aluminium, utiliser une machine-outil est ce que je sais faire, l’aluminium est pour moi un matériau parfait par sa solidité, son coût, son poids et sa capacité à être travaillé. Et n’oublions pas non plus que la finition sur de l’alu peut être très sympa, en étant poli ou anodisé. Cela peut paraitre un peu cliché mais dès fois, il faut regarder en arrière et son vécu pour repartir de l’avant. ça vaut pour moi et pour ce matériau qu’est l’aluminium.

 

On voit naitre des projets sur internet, et notamment sur les forums. Rideworks, c’est un projet communautaire ?
(on pense à Home Bicycles qui est né sur VV)

Je partage mes idées mais pas forcement sur les forums internet.. mes amis riders sont mes meilleurs critiques.. ils me donnent leur feed-back, ce qu’ils aiment et ce qu’ils aiment moins… Et vous verrez, si vous roulez un jour près de Cannock Chase, vous verrez mes produits en test sur de nombreux vélos.. et croyez moi, les testeurs n’y vont pas par le dos de la cuillère avec mes protos !

Reçois-tu de l’aide à certains moments de la conception de tes protos ?

La plupart du temps, je travaille seul, de la conception à la finition des produits. Mais de temps en temps, quand j’ai besoin de matériel ou de mains en plus, mon papa me soutient. j’échange beaucoup avec lui sur les process de fabrication et les choix de coupes notamment.

Peux-tu nous expliquer rapidement les grandes étapes de la conception d’un produit ?

Au démarrage, je regarde ce qui se fait ailleurs, ensuite je visualise ce que j’aimerais créer. Pour certains produits comme mes boitiers de pédalier, j’utilise des roulements et certaines pièces communes à d’autres produits.. cela rentre évidemment en compte dans le cahier des charges. Pour le pièces uniquement usinées comme le bash ou la potence, je suis 100% libre.

Après des esquisses sur papier, je passe évidemment sur l’ordinateur pour modéliser la pièce. C’est souvent l’occasion d’ajuster beaucoup de choses car les contraintes deviennent plus visibles. Aussi, pour un prototype comme un boitier de pédalier, il faut réfléchir au coût des composants de base, leurs fiabilités, leurs maintenances…

(ici les étapes d’usinage d’une couronne de pédalier).

aluminium blockring crankset 2ring crankset 3

CAM processing / programmtion CNC, suivi du test machine.

usinage potenceStem_developmentpotence vtt montage

Quand le prototype est fini, je le monte sur un de mes vélos et je pars en test !

Justement, pour tester les produits à fond, comment fais-tu ? as-tu recours à une société de certification ?

Habituellement, c’est moi et mes amis qui faisont testeurs. Mais évidemment, l’étape d’une vérification industrielle des produits est indispensable en vue d’une commercialisation prochaine. Des tests scientifiques et calibrés sont nécessaires pour vérifier l’intégrité des produits (résistances, chocs…)… mais ils viennent juste confirmer ce que nous avons pu ressentir en les torturant sur nos chemins.

hub vtt

Prochaine étape, la commercialisation. un site internet, un réseau de distribution ?

Je vois mes produits commercialisés directement aux riders – cela garantit le meilleur prix et le meilleur service car sans intermédiaire.
A coté de cela, je pense aussi proposer rapidement un service de montage de roues à partir de mes hubs.. restera à choisir les jantes et les rayons.

Merci Paul.
Restez brancher à mtb-check.. Paul travaille actuellement sur l’anodisation de certaines pièces… les testeurs arrivent en Janvier..

———————————————————————————————————————————————————————

Si vous voulez rentrer en contact avec Paul, vous pouvez visiter son site http://rideworks.co.uk/ ou vous connectez à  facebook

Share:
  • googleplus
  • tumblr
  • pinterest

There are 0 comments

Leave a comment

Want to express your opinion?
Leave a reply!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *